arrow
  • Site de la CPOQ  details

faq

 

Aggravation des symptômes

Est-ce normal de ressentir une aggravation des symptômes suite à un traitement?

Les 2 ou 3 jours suivant une séance d’ostéopathie, il est fréquent de ressentir certaines courbatures et parfois même une légère aggravation des symptômes. Enfin libéré, le corps travaille et s’ajuste. Ces réactions sont normales et on constate les résultats de ce processus vers le 4e ou 5e jour. Le corps continue de modifier son équilibre et se stabilise dans les deux semaines suivant un traitement. Si l’amélioration est incomplète ou passagère, une autre séance est indiquée. Parfois, même si les symptômes ont disparus, un traitement supplémentaire est souhaitable afin de prévenir une récidive.

 

Arthrose

L’ostéopathie peut-elle freiner ou diminuer les douleurs dû à l’arthrose, particulièrement du cou, dos et genoux ?

Avant de répondre à cette question, et pour rejoindre le plus grand nombre de personnes intéressées possible, il faudrait au prime abord savoir qu’est-ce que réellement l’ « arthrose ». Certaines personnes mélangent souvent ces trois phénomènes différents, soient : l’arthrose, l’arthrite et l’ostéoporose.

L’ostéoporose, est une affection fort différente des deux autres pathologies, car elle est d’abord un phénomène naturel et normal!!! Celle-ci est liée à l’âge et se caractérise par une diminution de la masse osseuse et une augmentation de la vulnérabilité aux fractures. Ce qui n’implique pas nécessairement un phénomène de douleur, et même que celle-ci ne devrait pas impliquer un phénomène de douleur.

De l’autre côté, nous avons l’arthrite, qui dans son sens littéral ne veut dire que très peu de chose. Elle ne signifie qu’une inflammation d’une articulation, sans en donner de causes spécifiques. Cependant, l’inflammation étant souvent reliée à la douleur, nous comprenons que celle-ci est souvent une affection temporaire ou permanente qui est difficile à vivre.

Par définition, l'arthrose est cependant une affection sans inflammation des articulations. Ce qui la distingue de sa consœur l’arthrite.

Il faut comprendre qu'avec l'âge, il est tout à fait normal que les os s'usent (ostéoporose). Ce qui est par contre moins normal, c’est que l’usure provoque des douleurs chroniques. Un exemple de ce cas est que certaines personnes démontrent radiologiquement de l'usure très prononcée mais ont moins de douleurs que d'autres qui pourtant ont une usure plus légère. La relation n'est donc pas directe.

Que pouvons-nous faire en ostéopathie pour l’arthrose?

En premier point, il est certain que nous n'avons pas la possibilité de recréer l'os endommagé, par contre, avec l'aide d'une alimentation ou d’un supplément adéquat, nous pouvons du moins aider ou ralentir la progression de la dégénérescence.  En second lieu, nous pouvons enlever une partie des tensions articulaires, et donc des douleurs.

La tension et la douleur proviennent souvent plus d'un tassement ou d’un manque de mobilité des articulations que de l'arthrose même. En redonnant une souplesse musculaire et en corrigeant ce qui pourrait amener une compression des articulations, il est possible d'enlever une partie de la fixité et ainsi détendre et irriguer plus facilement l'articulation pour soulager les douleurs.

Est-il possible d'enlever TOUTES les douleurs?

         Nous ne pouvons répondre directement à cette question, puisque que chaque personne réagit de façon différente, mais nous pouvons souligner que le succès à long terme est basé sur une mobilité remplie de SOUPLESSE et sans compression des articulations.

L’homéopathie propose ZEEL en comprimé et en pommade.  TRAUMEEL ou une crème à base d’arnica amènera aussi un effet de soulagement.Est-il possible d'enlever TOUTES les douleurs?

         Nous ne pouvons répondre directement à cette question, puisque que chaque personne réagit de façon différente, mais nous pouvons souligner que le succès à long terme est basé sur une mobilité remplie de SOUPLESSE et sans compression des articulations.

L’homéopathie propose ZEEL en comprimé et en pommade.  TRAUMEEL ou une crème à base d’arnica amènera aussi un effet de soulagement.

 

Bébés : digestion & régurgitations

Que pouvons-nous faire en ostéopathie pour les problèmes de digestion & régurgitations chez les bébés?

Ce type de problème se résout habituellement très facilement quand on en connaît la cause.  Il s’agit de voir comment la tête de l’enfant est écrasée et déformée lors de la parturition.  Le problème intervient souvent lorsque l’accouchement est plus difficile et que le médecin, ou la sage femme, doivent tirer sur la tête avec une ventouse, des forceps ou tout simplement avec leurs mains.  Il en résulte souvent un écrasement occipital (l’os à la base du crâne) trop prononcé et un étirement des membranes intracrâniennes bloquant l’occiput dans sa position enfoncée : l’arrière de la tête de l’enfant perd sa rondeur, soit d’un côté ou des deux.

L’ostéopathe peut tout simplement ouvrir, par une manipulation très douce, le trou occipital et repositionner l’occiput.  Le nerf se trouve alors dégagé et les problèmes digestifs cessent aussitôt.  Plus l’enfant est vu rapidement, plus il sera possible de rétablir facilement la fonction et l’harmonie parfaite du crâne pour lui rendre sa forme bien ronde de nouveau. 

 

Cicatrices

Pourquoi est-il recommandé de se faire travaillé une cicatrice en ostéopathie?

Une simple cicatrice qui n’est pas guérie complètement peut amener le corps d’une personne à se déséquilibrer et manifester différentes douleurs. Souvent les cicatrices passent complètement inaperçues parce que les problèmes apparaissent longtemps après une chirurgie, parfois même bien des années plus tard.

En résumé, une cicatrice pathologique = une peau qui tire = les capteurs Rufinis de la peau envoient un message signalant un problème par la boucle Gamma = une réponse du corps en contractant la musculature environnante pour relâcher la tension sur la peau = des muscles contractés 24h/24h = une conséquence posturale = douleurs.

Les cicatrices les plus souvent rencontrées comme causant des problèmes sont les cicatrices d’appendicectomie, d’hystérectomie, mastectomie, opération au thorax et à cœur ouvert. Les premières amenant des douleurs au bassin, aux hanches, difficulté de rétention urinaire, douleur de genou…, et les secondes amenant des douleurs de dos, de cou, d’épaule…

 

Descente de vessie après l’accouchement

Est-ce normal d’avoir une descente de vessie après l’accouchement?

Il est vrai que la grossesse amène les éléments idéaux pour provoquer une distension des tissus mous et préparer à la ptôse de vessie, dont les effets se verrons peu de temps après ou bien des années plus tard en augmentant le relâchement normal provoqué par le temps, mais il en reste que la ptôse de vessie elle-même n’est pas « Normale ».

Le problème proprement dit vient du fait que le devant du bassin comporte une petite articulation nommée la symphyse pubienne. Si on y trouve un déséquilibre, le canal partant de la vessie vers l’extérieur, soit l’urètre, et le sphincter contrôlant l’ouverture et la fermeture volontaire du canal se trouvent glissés vers le bas et en moins bonnes conditions pour faire le travail adéquatement et ainsi laisse l’urine passer à des moments non opportuns.

Cette articulation n’a pas la capacité de s’ouvrir facilement, mais lors de l’accouchement, l’effet hormonal lui permet de le faire pour donner une plus grande souplesse au bassin et facilité le passage du fœtus. Si par la suite elle ne se referme pas de façon égale, des symptômes apparaîtront. Il faut comprendre que les accouchements sont des événements difficiles pour le corps.

L’accouchement, bien qu’elle soit la cause la plus souvent rencontrée, n’est pas la seule cause possible de blocage de la symphyse pubienne, nous pouvons retrouver aussi tous les traumas que l’un peut subir aux hanches, au bassin…etc.

Comprenant le problème de la symphyse pubienne, nous ne traiterons jamais un problème d’incontinence urinaire sans toutefois s’assurer que la symphyse pubienne est bien équilibrée.

Parmi les gens rencontrés en clinique, nous réussissons à améliorer près de 75% des cas. Ces cas seront améliorés à des degrés variables passant de rémission complète à rémission partielle de quelques jours.

 

Douleurs aux genoux

Mes douleurs aux genoux seraient-elles causées par l’arthrite ou l’arthrose?

Une façon simple d’avoir une idée de l’arthrose de vos genoux, est de vous demander si vous êtes un bon baromètre? Certaines personnes peuvent prédire la venue de la pluie 24 ou 48 heures à l’avance selon la douleur ressentie dans les articulations. A ce moment, il serait à penser que l’arthrite ou l’arthrose est le problème.

 

Douleurs aux pouces

Que faire pour mes pouces douloureux?

Mes 2 pouces se décrochent lors de certains mouvements et sont très douloureux.  Le médecin veut m’opérer, je suis très indécise.  Il me dit que la cause est d’avoir beaucoup tricoté, y a-t-il d’autres options?

Les pouces sont irrigués pas un nerf qui leurs est propre, soit le sixième nerf cervical. Il faudrait d’abord s’assurer si ce n'est pas le nerf qui cause problème.  Selon notre expérience, la plupart des fois, ce sont les tensions musculaires des avants bras qui tirent sur les pouces, et ceci expliquerait la provenance du tricot, qui occasionne tous les mouvements de poignet et les douleurs qui s’ensuivent.

Dans bien des cas, les pouces peuvent être dégagés en appuyant à certains endroits précis.  Il suffit de presser et de faire tourner votre majeur ou votre index sur les points suivants:


Ceci n'est pas une formule miracle, mais si ces points sont douloureux, il est à penser que ce n'est pas le pouce même qui est le problème et que dans cette circonstance la chirurgie pourrait être évitée. 

 

Migraines

Est-ce que l’ostéopathie peut m’aider pour mes migraines?

Les migraines peuvent habituellement provenir de 4 causes précises.

La première étant d'une tension musculaire ou articulaire au niveau du cou.  C'est le cas de la plupart des gens que nous rencontrons.  À ce moment, ce sont les deux artères carotides passant dans la première vertèbre cervicale, l’Atlas, qui sont légèrement écrasées et qui modifient l'équilibre des pressions dans la tête.

Ces artères longent le cou mais ne sont réellement en contact qu’avec une seule vertèbre qu’elles traversent de bord en bord par des trous faites à leurs intentions.  Ce sont les trous transverses. 

 

 

À ce moment, l’ostéopathe aide à dégager le blocage, MAIS SURTOUT, S’INTÉRESSE À TROUVER POURQUOI LE BLOCAGE SE PRODUIT.   La plupart du temps, c'est une mauvaise position de sommeil ou un mouvement répété qui maintient la tension au niveau du cou.  Il faudrait regarder l'ensemble des petites manies du patient, de la position de sommeil jusqu'à la position de travail et d'écoute de la télévision... Il est important à ce moment de noter où et quand ces migraines apparaissent.

Sont-elles plus présentes le matin?... Probabilité d’un problème de position de sommeil. Le jour?... Le travail.  Ou le soir?... Loisir, télévision, position de lecture, etc.  En s’aidant des différentes tensions musculaires retrouvées, un bon ostéopathe devrait être en mesure de trouver le problème et le type de mouvement entraînant le blocage.

La deuxième possibilité, est une tension directement au niveau des membranes de la tête. Ces tensions, encore une fois, empêche la bonne circulation des fluides et cause des difficultés de pression et de maux de tête. Souvent, ces problèmes seront accompagnés de d'autres signes, par exemple; problème de sinus, un œil et/ou une oreille plus faible, problème digestif ou respiratoire... Dans ce genre de cas, il est possible de rétablir la liberté membranaire pour corriger la situation.

La troisième possibilité, est d'un domaine plus environnemental. Le stress est une grande cause de migraine. Il faudrait en premier lieu s'assurer que ce n'est pas ce facteur qui joue des tours. À ce moment, il est de la responsabilité du patient de considérer sérieusement à entreprendre des démarches pour éliminer ce stress.

Et la quatrième raison, et de loin la moins intéressante, mais heureusement la moins fréquente, vient d’un problème neurologique.  Dans ce cas, l'ostéopathie pourrait peut-être soulager les douleurs, mais ne parviendrait probablement pas à corriger la situation de façon définitive.  À ces problèmes, nous pouvons aussi inclure tous les problèmes médicaux tels que les problèmes artériels et de pressions, hormonaux (qui entre autre change la pression sanguine), kystes ou autres problèmes médicaux.

Comme vous pouvez le voir, les causes sont multiples. Par contre, la majorité des gens se trouvent, une fois le facteur stress écarté, dans la première ou la seconde catégorie, et ces catégories ont un haut taux de réussite de guérison.

 

Problèmes d’oreilles

Que peut-on faire en ostéopathie pour les problèmes d’oreilles?

L’approche crânio-sacrée de l’ostéopathie sera dirigée vers la normalisation fonctionnelle de l’os temporal et vers la trompe d’Eustache, ce qui éliminera en général les problèmes d’otites et d’acouphène.  Il nous est aussi possible de dégager les canaux semi-circulaires et de traiter les labyrinthites, syndromes de Ménière, les vertiges et cinétoses.  La surdité peut être améliorée dans certain cas s’il n’y a pas de problème de dégénérescence des structures.

 

Reflux gastrique

Quels sont les causes du reflux gastrique?

Il peut y avoir différentes causes provoquant le reflux gastrique; la plus fréquente est l’hernie hiatale.  L’œsophage passe à travers la portion musculaire du diaphragme et ainsi, si le diaphragme se relâche ou est bloqué pour quelconque raison, le trou laisse remonter l’estomac dans la cage thoracique.  Mais pourquoi l’estomac remonte-t-il?  Tout simplement à cause de la pression négative nécessaire à la cage thoracique pour permettre la respiration normale des poumons.  La pression négative étant plus forte que la force de gravité, l’estomac est attiré vers la cage thoracique.  L’ostéopathe peut alors dégager le diaphragme, permettre à l’estomac de redescendre et puis apprendre au patient comment bien respirer pour aider le diaphragme à descendre dans sa pleine amplitude et maintenir l’estomac à sa place.

Il existe d’autres possibilités à la remontée de l’estomac vers la cage thoracique; une trop forte toux qui a compressé les côtes, écrasée l’estomac et repoussée celui-ci vers le haut.  Un mouvement de flexion excessif, un choc à l’abdomen, ou encore un relâchement général des tissus et ligaments maintenant l’estomac bien en place.

 

Ronflement, la ronchopathie chronique

Est-ce que l’ostéopathie peut aider le ronflement?

Sur une échelle de bruit, un bon ronfleur peut se situer entre le bruit d'une rue très achalandée et le bruit d'un marteau piqueur à 3 mètres de vous, soit 90 décibels. Il n'est pas surprenant que plusieurs couples fassent chambre à part dans cette situation. Le ronflement lui-même, lorsqu'il est à petite échelle, ne cause que peu d'inconvénients. Par contre, lorsqu'il met en jeu votre couple ou la santé du ronfleur, il en est tout autrement.

Pour lire la suite

Tunnel carpien

Présentement, j'ai de la douleur au niveau de la main droite, des engourdissements dans les doigts durant la journée et une sensibilité au niveau du coude. Cela dure depuis presque un an, je pense avoir un problème avec le tunnel carpien existe-t-il des traitements autres que la chirurgie? Qu'en pensez-vous ?

Pour une bonne compréhension, commençons par définir précisément les termes de ce que nous allons parler… Les carpiens sont les 8 os que l’on retrouve au niveau de chaque poignet.  Ces os sont disposés de telle sorte que les poignets peuvent bouger dans tous les sens.  Cette grande mobilité laisse que peu de place pour le passage des nerfs et de tous les systèmes de régularisations.  Si le passage est rétréci, dû à un tassement des os carpien, le nerf médian peut se trouver pincé et ne permet plus le passage adéquat des influx nerveux.  C’est ce qu’on appelle le problème de tunnel carpien

Précisément dans le cas présent, nous avons des indices qui montrent qu’il ne s’agit probablement pas d’un vrai tunnel carpien.  Le premier indice est que les doigts en général semble s’engourdirent et le deuxième indice nous vient de la douleur au niveau du coude.  Si le blocage se situe au niveau du poignet, alors pourquoi cette douleur au coude?  À un endroit où en théorie il n’y a pas de blocage et que l’influx nerveux passe bien? 

À ce moment, nous sommes en mesure de penser que le blocage se trouve plus haut que le coude et que ces effets se font ressentir à divers endroit.La grande majorité des gens que nous rencontrons pour des syndromes de tunnel carpien, souffrent en réalité de ce qui s’appelle une cervico-brachialgie, c’est-à-dire une douleur dans le bras ou la main, mais qui a son origine profonde au niveau du cou. 

À ce moment, le blocage au niveau du cou crée une inflammation au niveau du nerf qui se trouve plus tendu qu’à l’habitude et qui a de la difficulté à passer dans les articulations (coude) et entre les os du poignet (carpiens).  Dans ce cas, la cause n’est pas que le canal carpien est trop petit, mais plutôt que le nerf est « trop gros » (inflammation). 

Il est évident que lors d’une cervico-brachialgie, l’opération qui vise à élargir le tunnel carpien, libère la tension appliquée sur le nerf.  Par contre, cela ne réglera en rien l’inflammation ou le blocage qui se trouve plus haut si la cause ne provient pas du poignet.  Cela soulagera, mais ne corrigera pas le problème.  Seul le symptôme sera disparu.

 

 

Alors à la question : Existe-t-il des traitements au lieu de subir une chirurgie?

Nous répondons : Définitivement oui!   En ce qui concerne une cervico-bracchialgie, et une bonne probabilité pour un vrai tunnel carpien.

Il existe toutefois certains blocages de tunnel carpien qui sont trop avancés ou arthrosique et qui ne peuvent malheureusement pas se résorber.  Ces cas sont plus rare et la cause ne peut être enrayé seulement par une manipulation et nécessitera une opération chirurgicale qui à ce moment n’enlèvera pas seulement l’effet, mais bien la cause même du problème qui se trouve LOCALISÉ au poignet et à la main.

img

Recherche :  

img