arrow
  • Site de la CPOQ  details

img

Andrew Taylor Still (1828-1917)

L’approche ostéopathique n’est pas le fruit du hasard. Elle résulte d’une fantastique aventure qui, au cours des siècles et millénaires, permit à l’être humain de prendre de plus en plus conscience de lui-même et de son environnement. Par le développement de ses observations et compréhensions de la vie, il put se forger une vision globale de ce qu’est un humain, de ce que représente la santé et les moyens pour la rétablir.

C'est à Andrew Taylor Still (1828-1917) que l'on doit l'émergence de l'ostéopathie.

Il fut médecin et fermier dans la région de Mâcon dans le Missouri. Avec le temps la médecine prendra de plus en plus de place dans sa vie avec les guerres et les conditions rudes de son époque, causes de nombreux troubles physiques.

En 1864, une épidémie de méningite cérébro-spinale fait ravage dans le Kansas. Still y perdra trois de ses enfants. Très affecté par cette épreuve et convaincu que la thérapeutique de son temps était inefficace, voire même dangereuse, il oriente sa vie de médecin vers ce qu’il appelait une «nouvelle voie» qui donnera naissance, dix ans plus tard à l’ostéopathie.

« C’est lorsque je me tenais là, regardant fixement trois membres de ma famille – deux de mes propres enfants et un enfant que nous avions adopté –, tous morts de la méningite cérébro-spinale que je me posai les sérieuses questions. Avec la maladie Dieu a-t-il abandonné l’homme dans un monde d’incertitude ? »

Still était bien informé des récentes découvertes médicales de son époque. Mais il a voulu que cette «nouvelle voie» se démarque de la thérapeutique de son temps en revenant à la base même de la médecine et des enseignements d’Hippocrate. Still, étant croyant, avait la profonde conviction que l’homme avait été créé avec tous les remèdes dont il avait besoin sur terre. Si l’homme développait une maladie, il devait certainement posséder en lui tout ce qui est nécessaire pour retrouver la santé.

Il donnait ainsi toute la place au patient et à son potentiel de guérison. Il chercha à comprendre les raisons qui faisaient que certaines personnes semblaient incapables de faire face aux agents extérieurs et intérieurs et développaient une maladie alors que d'autres ne tombaient jamais malade. Il pressentit l’importance du rôle du sang dans la guérison et l’équilibre de l’organisme.

En juin 1874 et à l’âge de 46 ans, Andrew Taylor Still présenta le résultat de ses recherches à ses confrères. Le terme ostéopathie est utilisé pour présenter son approche de diagnostic et thérapeutique.

« Comme l’éclat d’un soleil, une vérité frappa mon esprit : par l’étude, la recherche et l’observation, j’approchai graduellement une science qui serait un grand bienfait pour le monde… L’ostéopathie est la loi de l’Esprit de la Matière et du Mouvement. »

Vers la fin du vingtième siècle, Still alors septuagénaire décide d’écrire différentes publications. Il meurt le 12 décembre 1917 à l’âge de 89 ans.

Inspiré par le travail de Still, plusieurs autres ostéopathes développèrent cette science depuis un siècle...

« L’objet de mon voyage d’explorateur fut de trouver dans le corps les substances leur permettant d’agir et la manière dont elles procèdent.  Si elles nous donnent la santé lorsque l’action normale prévaut, la maladie n’apparaissant que lorsqu’elles sont anormales, nous sommes exhortés à constituer une connaissance plus intime des qualités et des produits formés dans ce grand laboratoire qui mélange et qualifie chaque substance pour accomplir sa mission de force, de construction, de purification et d’action. »  A. T. STILL

Le Dr. Still fit une importante synthèse de la pensée médicale et construisit une nouvelle philosophie médicale qu’il nomma médecine ostéopathique.

 

William Garner Sutherland (1873-1954)

Jeune journaliste envoyé par un journal local enquêter auprès d’un ¨original¨ qui guérissait avec ses mains, il fut lui-même conquis par les travaux du Dr. Still. Il resta près de ce dernier et étudia l’ostéopathie. Le 18 juin 1900, il obtint le diplôme de docteur en ostéopathie au Collège de Kirksville, Missouri.

Comment est né le concept crânien dans le domaine de l’ostéopathie?

Sutherland était étudiant à Kirksville à la fin du 19ème siècle et un jour il vit un crâne désarticulé et se mit à observer ses articulations. Il en demeura frappé. Surtout en observant les biseaux de l’os temporal. Cette articulation biseautée comme les ouïes d’un poisson indiquait une mobilité articulaire. Comment cela était-il possible? Quel sens cela avait-il?

Il pensa que cela n’avait pas vraiment de sens et pendant 10 ans, il s’efforça de ne plus y penser. Mais il n’y parvint pas. Il revoyait toujours cette analogie avec les ouïes du poisson… simple mobilité articulaire? Mécanisme respiratoire? Il ne savait que penser. Après avoir essayé d’oublier, il changea d’avis et décida de se prouver à lui-même que son raisonnement était une absurdité et qu’il n’y avait absolument aucun fondement rationnel et scientifique à ses propres idées. Trente ans après cette observation, il en était arrivé à quelques conclusions précises : il y a bien une mobilité des os du crâne et des dysfonctions à ce niveau à des effets physiques et comportementaux.

« Le docteur Still a insisté sur l’importance du flux sanguin dans l’artère. Je voudrais insister également sur l’importance de l’activité normale du liquide céphalo-rachidien. Je crois que l’activité circulatoire du LCR est primaire à l’activité artérielle, veineuse et lymphatique. »

img

Recherche :  

img